AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 ♡ sunflowers and second chances. (r)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sutton Hale
avatar

- Messages : 41

[sun is rising]
- In my pockets : some old notes for her poems, her cellphone, the house's keys, some dollars.
- Friendships:
- Availability: fr/en, (★☆☆)

MessageSujet: ♡ sunflowers and second chances. (r)   Mer 4 Oct - 17:38


- sunflowers and second chances -
sutton hale et reed pfeiffer

Le soleil brillait, si haut dans le ciel, que Sutton avait décidé de ne pas laisser la peur et l’angoisse prendre le dessus. Pas aujourd’hui, pas une nouvelle fois. Elle devait arrêter de broyer du noir, reprendre sa vie en main. Après tout, Sutton Hale n’était pas connue pour être une personne triste. Non, Sutton Hale aimait sortir, aimait galoper pendant des heures, aimait rire aux larmes devant les comédies de William Shakespeare. C’est la tête haute et un sourire charmant aux lèvres qu’elle quitta le ranch, ce matin là. Elle était bien décidé à faire le tour de la ville, à profiter de l’air frais pour aller se chercher un café, prendre du temps, profiter de ce jour de congé pour reprendre contact avec la nature et Redcliffe, qu’elle avait récemment délaissé pour le grenier du ranch, réhabilité en grande chambre bien cosy depuis que la demoiselle avait dit à ses parents qu’elle voulait un peu plus d’intimité. Une queue de cheval remontait ses cheveux sur sa tête, dégageant son visage si doux, et elle avait enfilé un jean et un pull tout neuf pour l’occasion. Un beau matin, plein de promesses et d’opportunités. Les rues de Redcliffe était loin d’être vides, à cette heure-ci. Les marchands se saluaient déjà, les passants discutaient des dernières nouvelles. Elle accorda quelques bonjours à ces gens qui l’avaient vu grandir, et devenir la jeune femme qu’elle était aujourd’hui. Jours après jours, années après années, elle avait couru dans ses rues un millier de fois au moins. Tout le monde la connaissait, tout le monde lui souriant, tout le monde la reconnaissait, cette gamine qui passait une heure à faire du cheval, avant d’enfiler ses pointes et son tutu. La ville entière l’avait vu grandir. Elle s’arrêta devant le stand de fleurs de moutain flowers, l’endroit le plus doux au monde aux yeux de Sutton, où tous les matins, les odeurs des différentes fleurs qui se mêlaient à l’air matinal. Sutton s’approcha de grands tournesols jaunes, respirant longuement l’odeur douce et sucrée qu’ils laissaient s’échapper. Rien de mieux, de bon matin, que le parfum d’une fleur. Son sourire s’élargit, automatiquement, heureuse de ce moment de simplicité que la vie lui offrait. — It smeels so nice. — lâcha-t-elle simplement, tout naturellement, en sentant une présence à ses côtés. C’était sorti du coeur, elle ne savait même pas qui était là. Ça aurait pu être la fleuriste, ou une parfaite inconnue. Elle s’en fichait, elle voulait communiquer sa joie. Mais son sourire s’estompa rapidement lorsqu’elle se retrouva face à face avec ce fantôme, cet homme qu’elle n’avait pas vu depuis près de cinq ans, dont le souvenir avait été bien plus tenace que celui du parfum des tournesols.

Spoiler:
 


Dernière édition par Sutton Hale le Ven 6 Oct - 23:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reed Pfeiffer
avatar

- Messages : 25

MessageSujet: Re: ♡ sunflowers and second chances. (r)   Ven 6 Oct - 22:07

Depuis son arrivée à Redcliffe, il était tout simplement confus. Submergé d’émotions contradictoires et inattendues. Lui qui avait su dès son enfance qu’il ne vieillirait pas ici, qui prévoyait quitter sa ville natale aussi tôt que possible. Si son départ avait été retardé par sa relation avec Sutton, il avait tout de même fini par partir. Parce qu’il étouffait à Redcliffe. Il sentait qu’il avait des ambitions bien plus grandes que ce que l’Arizona pouvait lui offrir. Il se sentait trop grand pour un si petit endroit. Ses pas le guidaient machinalement dans les rues qu’il connaissait comme le fond de sa poche, des gestes encrés trop profondément pour être oubliés malgré les cinq dernières années d’exile. Reed ne supportait pas d’être dans la maison familiale. D’une part, son père, malade. La tristesse qui régnait, les non-dits lourds suspendus dans les airs sans que personne n’ose se jeter à l’eau. Sa fiancée aussi. Qu’elle ait décidé de l’accompagner l’avait touché, mais il se sentait gêné de la ramener à la maison, de la présenter à sa famille. Parce qu’il ne leur avait présenté qu’une seule femme avant et que, cette fois-là, il ne doutait pas de sa relation, ne doutait pas de ses sentiments. Comme si elle n’avait pas sa place dans la même ville que Sutton. Il ignorait d’ailleurs si elle y vivait toujours. Il supposait que oui, elle n’avait jamais eu l’intention de partir, mais il n’avait pas osé se renseigner. Peut-être par peur de la réponse. Il s’était porté volontaire pour sortir faire quelques emplettes pour la maison, se sauvant à la hâte avant que quelqu’un ne puisse se porter volontaire pour l’accompagner. Il avait besoin d’être seul. Il s’en voulait d’avoir laissé sa fiancée derrière, repoussant encore une fois le fameux tour de la ville qu’il lui avait pourtant promis depuis leur arrivée. Les mains profondément enfouies dans ses poches, il déambulait dans le centre-ville sans se presser à compléter ses courses. Il se rapprochait du fleuriste quand il leva les yeux. Une silhouette qu’il aurait juré connaître y pénétrant au même moment. La gorge soudainement sèche, l’estomac noué, il s’approcha du commerce, curieux. Une petite clochette au-dessus de la porte annonça son entrée. La silhouette penchée au-dessus des fleurs ne se préoccupa pas du bruit. Sutton. Il en était convaincu. Sans doute qu’il aurait pu la reconnaître entre mille. Elle qui hantait encore ses rêves à ce jour. Reed devint soudainement nerveux. Bête. Il ne savait pas comment l’aborder. L’idée de la spontanéité le terrorisait à cet instant. Et quand la vendeuse le salua, il n’eut plus l’option de reculer et de s’enfuir. Il s’approchait lentement, à la manière dont un approcherait une bête sauvage, comme par peur qu’elle puisse s’enfuir à tout moment. A côté d’elle, il ne dit pas un mot. Son esprit complètement vide, sa mâchoire comme soudée. C’est elle qui brisa le silence et il se demanda si elle savait que c’était lui ou si elle pensait tout haut. C’était ironique qu’elle complimente l’odeur des fleurs alors que c’était le parfum qui lui venait à l’esprit quand il pensait à elle. Au parfum floral qu’elle laissait sur ses vêtements, dans ses draps après y avoir dormi. Une odeur qu’il ne retrouva jamais tout à fait ailleurs. Et son sourire s’évanoui rapidement en le voyant. Un pincement au cœur, il ravala sa fierté. Il n’aurait pu croire un jour être celui qui lui ferait perdre le sourire ainsi. – You … you look well. – tenta-t-il, bêtement. Une phrase vide, polie. Le genre de remarque qu’on réserve aux vieilles connaissances qu’on n’a pas vu depuis longtemps. Peut-être que c’était ce qu’ils étaient devenus, en fait. Deux inconnus, des connaissances tout au plus.


Dernière édition par Reed Pfeiffer le Sam 7 Oct - 4:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sutton Hale
avatar

- Messages : 41

[sun is rising]
- In my pockets : some old notes for her poems, her cellphone, the house's keys, some dollars.
- Friendships:
- Availability: fr/en, (★☆☆)

MessageSujet: Re: ♡ sunflowers and second chances. (r)   Ven 6 Oct - 23:51

Instant de flottement, comme si on avait mit la scène sur pause, pour profiter de l’instant, le faire durer éternellement, ou presque. Ce moment où Sutton posa à nouveau, après ces cinq longues années, le regard sur celui qui hantait son coeur et son esprit depuis qu’ils s’étaient rencontrés, dans ce petit bar, il y a bien longtemps. Le souvenir était indemne, le moment où elle l’avait vu, sur cette scène. Le son de sa voix avait légèrement disparu de sa mémoire, depuis qu’elle ne l’avait pas entendu. Il parait que c’est ce qu’on oublie en premier après le départ d'une personne. Mais le reste, elle s’en souvenait trop bien. La façon dont il souriait, la sensation de ses bras qui la serraient, de ses lèvres qui l’embrassaient. Elle n’avait rien oublié de tout ça. Son visage, elle aurait pu jurer le connaitre par coeur, et voilà qu’il était juste devant ses yeux. Les cinq années avaient laissé leurs traces. Il était un peu plus vieux, un peu plus mature. Mais c’était lui, ça ne faisait pas de doute. Reed. À quelques centimètres d’elle. Son corps semblait être incapable de réagir, tant son cerveau lui envoyait des signaux différents. Elle aurait voulu courir et s’enfuir loin de là, de ce passé qui la rattrapait sans qu’elle n’est le temps de le prévoir, de le comprend. Elle aurait voulu lui sauter au cou, le prendre dans ses bras, le sentir la serrer contre lui une nouvelle fois, après tout ce temps. Elle aurait voulu lui en vouloir de l'avoir laissé dans cette ville, seule, même lui hurler dessus. Mais elle n’en avait pas le droit. Elle ne pouvait pas s’enfuir sans avoir l’air parfaitement ridicule. Elle ne pouvait pas lui sauter au cou, car ils n’étaient plus ensemble, et ce depuis bien trop longtemps pour qu’elle n’ose se permettre un geste aussi intime. Et elle ne pouvait pas lui hurler dessus, ni même lui en vouloir, car elle avait été la première à lui dire de partir, et de la laisser. Oui, Sutton voulait qu’il vive sa vie, réalise son rêve. Elle ne voulait pas être le boulet de canon accroché à sa jambe, le fardeau un peu trop lourd qu’on traine, qui nous empêche de vraiment nous réaliser et de voler de nos propres ailes. Elle l’aimait bien trop pour être cette personne là, alors elle l’avait laissé s’enfuir, se persuadant que c’était le mieux, pour eux deux. Encore aujourd’hui, elle essayait de s’en persuader. — You are back. — La voix de la jeune femme se fit finalement entendre, douce et calme, avant même qu’elle ne réalise vraiment qu’elle avait ouvert la bouche, brisant le silence qu'elle avait laissé s'installer depuis qu'il avait parlé. Elle ne savait pas quoi dire, elle non plus. Elle était terrorisé sans savoir pourquoi, comme si les émotions à cet instant précis étaient bien trop fortes pour qu’elle ne puisse pleinement en prendre conscience, et réagir correctement. Un léger soupir lui échappa, un moyen pour Sutton de reprendre ses esprits, de rassembler ses pensées, de cumuler le peu de force qui lui restait après un tel choc, pour continuer de parler. — You didn’t tell me you were back. Why didn’t you tell me you were coming back? — Sa voix se serra sur ces derniers mots, alors que la jeune femme tentait de ne pas craquer sous l’émotion. Il n’aurait eu aucune raison de la prévenir de son retour, elle le savait. Mais elle avait passé ô combien d’heures à fixer son téléphone portable, espérant recevoir un appel ou un message de Reed, qui lui annoncerait qu’il rentrait à Redcliffe. Qui lui annoncerait qu’il rentrait, pour elle. Mais tout ça, c’était seulement dans sa tête, Sutton le savait bien. Et s’il était ici aujourd’hui, ce n’était pas pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reed Pfeiffer
avatar

- Messages : 25

MessageSujet: Re: ♡ sunflowers and second chances. (r)   Lun 16 Oct - 18:50

Tant de fois il s’était imaginé cet instant. La revoir, se retrouver face à Sutton. Dans tous ses scénarios, il avait quelque chose à lui dire. Il était droit, fier et il n’avait pas ce nœud dans son estomac, ni la gorge asséchée, la tête basse. Il avait dû faire le choix le plus difficile de sa vie il y a cinq ans. Partir sans elle ou rester pour elle et oublier ses propres rêves. Il avait repoussé ses plans aussi longtemps que possible, aussi longtemps qu’il a pu l’endurer. Puis, il a fini par lui reparler de ces projets. Il étouffait à Redcliffe, ça avait toujours été le cas. Mais il l’avait enduré. Pour elle. Puis, il ne pouvait plus se mentir à lui-même, essayer de ravaler les regrets et les doutes qui ne se taisaient jamais quelque part dans le fond de son esprit. Il tournait en rond ici comme un animal sauvage captif dans une cage, Ce n’était pas sa relation qui lui pesait, ce n’était pas Sutton qui le rendait ainsi. Elle était peut-être bien la meilleure chose qui lui soit arrivé dans sa vie. Il espérait qu’en la quittant il trouverait quelque chose d’encore plus grandiose que leur amour. Quelque chose de libérateur, quelque chose qui expliquerait, hors de tout doute, qu’il avait fait le bon choix. Et quand la question lui trottait en tête, il restait là, bêtement sans réponse. Un goût amer en bouche, la mâchoire crispée. Peut-être que quitter Redcliffe avait été au final sa plus grande erreur. Il l’observait intensément. A la recherche d’un signe, d’une réponse … de n’importe quoi. Une réaction. Elle n’avait pas encore parlé et chaque seconde qui passait lui semblait plus pénible à endurer que la précédente. Elle brisa finalement ce silence, sa voix contenue et calme. Il était de retour. Il déglutit péniblement. C’était la première chose qu’elle lui disait et, déjà, il devrait lui annoncer que ce n’était pas réellement le cas. Qu’il repartirait d’où il venait aussi tôt qu’il aurait terminé ses affaires en ville … Il ne put s’empêcher d’avoir une pensée macabre à l’endroit de son père malade. Mal à l’aise, il ne trouva mieux que de passer sa main dans ses cheveux légèrement bouclés et de gratter sa nuque. Elle renchérit et il dû se mordre la lèvre. Pourquoi ne lui avait-il pas dit qu’il était de retour ? Parce que l’idée qu’elle puisse être à un coup de téléphone d’être là pour lui était pénible à endurer alors qu’il avait imposer toute cette distance entre eux. Parce que l’idée d’une Sutton toujours à Redcliffe et en train d’attendre sagement son retour était assez pour le tenir éveillé pour les prochaines nuits, à se torturer et se repasser les dernières années en tête. Lui qui partageait un lit avec sa fiancée. — I’m not. — Les mots s’étaient échappés d’entre ses lèvres peut-être trop rapidement, trop durement. Tiraillé entre plusieurs émotions, il ne savait plus trop comment se comporter, comment les gérer. Un long soupire. —  Coming back, I mean. I’m just here for ... I don’t even know how long. —Sa voix basse, faible. Il regardait nerveusement autour d’eux s’il y avait d’autres clients, si la fleuriste les écoutait.  Il ne savait pas si Sutton savait pour son père. C’était une petite ville, les gens parlaient. Peut-être que les faits et gestes des Pfeiffers ne trouvaient pas écho jusqu’aux oreilles de Sutton. Il hésita encore quelques instants. Il n’avait pas vraiment parlé de son père depuis qu’il savait pour son cancer. Il l’avait annoncé à sa fiancée en lui disant qu’il devait se rendre à Redcliffe, sans même lui demander de l’accompagner. C’était son idée à elle. Et c’était tout. Mais il savait que Sutton comprendrait, saurait comment il se sentait. Parce qu’elle le connaissait mieux que quiconque ou, du moins, c’était le cas avant son départ.  — It’s my dad. He’s very sick.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sutton Hale
avatar

- Messages : 41

[sun is rising]
- In my pockets : some old notes for her poems, her cellphone, the house's keys, some dollars.
- Friendships:
- Availability: fr/en, (★☆☆)

MessageSujet: Re: ♡ sunflowers and second chances. (r)   Mar 17 Oct - 16:17

La réaction qu'elle avait eu était loin d’être la meilleure. Les soirs où il lui avait manqué un peu trop, pendant toutes ces années, elle s’était imaginé cette scène. Un peu trop de fois, sûrement. Mais dans chaque version, il la prenait dans ses bras, il s’excusait de l’avoir laissé, il lui demandé de venir vivre avec lui, enfin. Et Sutton n’hésitait plus. Car oui, elle avait hésité. Quand il lui avait annoncé qu’il allait quitter la ville, la petite Sutton de tout juste vingt ans s’était demandé si elle pouvait le suivre dans ses aventures, pour le soutenir, pour s’assurer que cette relation pourrait perdurer. Elle en était folle, elle aurait voulu tout faire pour lui, pour leur amour. Mais elle avait choisi de rester là, avec ses parents. Sutton était une fille d’ici, et quitter Redcliffe, ça lui semblait insensé. Elle n’était pas comme Reed, elle. Bien au contraire. Cette version des retrouvailles semblaient bien trop dans la retenue, face à ce qu'elle avait pu imaginer. Eux qui avaient partagé tant à l’époque, se retrouvaient à ne même pas oser parler. Se rencontrer par hasard, à peine discuter. Ce n’était pas ce que la jeune femme avait imaginé, mais c’était la réalité. C’était ce qui était en train de se dérouler, sous ses yeux. Il passa sa main dans ses cheveux, et Sutton savait qu’il était nerveux. Elle le connaissait trop bien pour avoir oublié toutes ses petites manies, ce genre de gestes qui trahissaient ses émotions. Elle aussi était nerveuse, c’était tellement incroyable, que l’homme à qui elle tenait le plus au monde, son premier amour, se retrouve devant elle après cinq ans à gambader dans le pays, ou peut-être même le monde entier. Elle n’en savait rien. Elle ne savait pas ce qu’il avait fait, pendant ces cinq années. Elle s’était interdit de parcourir l’internet à la recherche de son nom sur les pages artistiques. Il aurait pu devenir célèbre, elle ne l’aurait même pas su, à moins de tomber au hasard sur une émission qui parlait de lui. Elle souffrait bien trop, incapable d’oublier tout ce qu’ils avaient vécu ensemble. Elle ne voulait pas en rajouter, à suivre virtuellement sa nouvelle vie passionnante, alors qu’elle restait là, à Redcliffe. Il prit finalement la parole. Sa voix basse, trop basse. Il ne revenait pas. Déception. La petite Sutton avait déjà commencé à imaginer de nouveaux scénarios dans sa tête, des scénarios dans lesquels il lui annoncé qu’il était revenu, pour elle. Mais non. La probabilité qu’il soit en ville pour la voir était nulle, et il venait de lui briser le coeur, une seconde fois, avec quelques mots seulement. Pourquoi devait-elle toujours se faire des idées, au lieu d’attendre sagement de connaitre le fond des pensées des gens ? Ça lui aurait évité ce genre de mauvaises surprises, bien plus d’une fois. Il ne revenait pas. Il n’était que de passage, histoire de remuer le passé, de remuer le couteau dans la plaie encore ouverte dans le coeur de la demoiselle, avant de s’évaporer à nouveau, la laissant sûrement plus brisée qu’elle ne l’avait été la première fois. — It makes sense. — C’était tout ce qu’elle avait pu dire. S’il était revenu pour de bon, il l’aurait prévenu. Elle n’en doutait pas. Mais il ne l’avait pas fait, et pour cause, il ne comptait pas rester en ville. Il ne comptait sûrement même pas la voir, mais le destin en avait décidé autrement. Comment pouvait-il croire qu’ils pouvaient être dans la même ville, ne serait-ce qu’une journée, sans que leurs chemins se croisent à nouveau ? Pour Sutton, ça avait toujours été une évidence. Ils se retrouveraient, un jour ou l’autre. Elle avait simplement imaginé cette scène bien plus tard dans sa vie, mais le destin lui avait joué un nouveau tour. Reed lui annonça que son père était malade, et l’expression sur le visage de la jeune femme se transforma automatiquement. Elle ne le savait pas. Elle comprenait mieux, maintenant. Il était là pour sa famille. Elle se sentait idiote de lui en avoir presque voulu, pendant ces quelques minutes, de ne pas l’avoir prévenu qu’il était en ville. Égoïste, voilà comment elle se sentait. Elle fit un pas vers lui, sa main venant se poser délicatement sur son bras, d’un geste réconfortant. — Reed, I’m so sorry. I had no idea. — Elle ne savait pas quoi lui dire de plus. Elle aurait voulu l’aider, mais c’était sûrement impossible. Elle n’avait pas de doctorat en médecine, elle était simplement une vendeuse de bouquins. Mais ça ne l’empêchait pas de se sentir terriblement mal pour les Pfeiffer, pour Reed. Elle le connaissait bien trop pour resté détacher face à une pareille nouvelle. Les yeux toujours rivés sur le visage de son ancien amour, elle continua de parler doucement. — Can I do anything ? — Personne n’aurait pu les entendre, tant ils parlaient doucement, mais le monde ne comptait même pas à ce moment-là. Elle réalisait, petit à petit. Elle avait retrouvé Reed, même si ce n’était que pour dix minutes. Elle avait tellement de questions qui la hantait, depuis ces cinq ans. Mais plus rien n’importait vraiment, maintenant qu’il était devant elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: ♡ sunflowers and second chances. (r)   

Revenir en haut Aller en bas
 
♡ sunflowers and second chances. (r)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HEARTS OF GOLD :: redcliffe, arizona :: district south west-
Sauter vers: